Un peu d'histoire

 

 

Le nom de notre village : Un évêque d’Orléans du Ve siècle…

A une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Pont sur Yonne, Saint-Agnan s’est édifiée sur le plateau du Gâtinais, au flanc d’un éperon calcaire abrupt. Il a été signalé une nécropole protohistorique avec enclos circulaires et plusieurs fosses. D’époque médiévale, le village n’est pas antérieur au 12e siècle.

 Les formes anciennes de l’appellatif sont les suivantes :

-         Sanctus Anianus (vers 1130)

-         Saint-Aignan en Gastinois (1509)

-         Saint-Agnain (1571).

Le nom s’est formé sur celui d’ »Anianus, Agnan/Aignan » l’évêque emblématique d’Orléans qui défendit sa ville contre Attila en 451. Saint-Agnan est fêté le 17 novembre.

 Le dictionnaire géographique de France signale 34 communes ou écarts du même nom ou avec des orthographes différentes : Agnan, Aignan, Agne, Aigny. Une dizaine d’écarts ou de hameaux sont répartis sur le territoire communal, dont :

 -         Aigremont (Acermons en 1130), équivalent des Montaigu des France méridionale, désigne la colline escarpée,

 -         Montbéon (Mons-Boum), autrefois prieuré de l’ordre de Saint-Augustin, désigne la montagne des bœufs,

 -         La Haie au Roi est un domaine boisé relevant du domaine royal,

 -         Gergus (Gerjus 1571 et Gergus 1582) est hermétique. C’était autrefois un hameau divisé entre Villeblevin et Saint-Agnan,

 -         Le Loupier pourrait être la tanière, le repaire du loup, mais un dérivé de la racine « lupp » - la hauteur pierreuse – n’est pas à exclure,

 -         La Loge aux Moines (1567) rappelle la présence d’une grange appartenant au 12e siècle aux moines de l’abbaye de Preuilly. La « loge » était un abri de feuillage, une cabane rustique, abritant les moines défricheurs.